Conception logicielle

Nous vivons aujourd’hui un contexte de mondialisation des échanges économiques mais aussi privatifs (opinions, technologies, Web 2.0, etc.). Les entreprises s’ouvrent désormais massivement vers l’extérieur de leur écosystème d’origine (partenaires, clients, consommateurs, etc.) et passent d’un concept déjà galvaudé «d’entreprises étendues» à celui d’«écosystèmes ouverts d’entreprises».

Dans les chaines de valeur, à la multiplicité des intervenants ou des échanges viennent s’ajouter de nouveaux acteurs.

Ce sont, d’une part, les « consommateurs / citoyens » qui occupent déjà de longue date le cyberespace. Ce sont, d’autre part, les objets, qu’ils soient : réels (objets manufacturés, lieux, monuments, végétaux, etc.) et équipés d’identifiants de toutes natures (étiquettes électroniques RFID ou NFC, codes à barres, URI, coordonnées GPS ou GSM, etc.) ; ou qu’ils soient virtuels, telles les informations agrégées et structurées qui transitent entre systèmes informatiques (EDI, SOA).

Plus récemment, la généralisation du nommage sériel des objets manufacturés (via les codes à barres, la RFID, le NFC, etc.) ou du nommage unique (coordonnées GPS, URI, etc.) est venue rajouter à la complexité en générant un surcroit d'informations de nature évènementielle dans les systèmes en place.

Des réponses, imparfaites, sont donc apparues pour pallier ces difficultés d’interopérabilité : EDI syntaxique (et non sémantique), Architectures SOA, ETL, Bus applicatifs, Informatique Décisionnelle (Business Intelligence), premières applications de Commerce Mobile, etc.

Mais ces réponses ne semblent, à date, pas suffisantes. Leur principal handicap réside dans leurs méthodes de conception, inspirées d’approches fonctionnelles et «déterministes» (relations de cause-a-effet). En effet, ces méthodes consistent à tout prévoir à l’avance pour modéliser ou décrire de façon exhaustive ce que devrait être la réalité et non pas la gérer telle qu’elle est.

Or, la réalité est souvent différente du modèle et personne ne peut prévoir tous les cas de figure (ni aucun standard)….

Cela ne porte pas trop à conséquence lorsque le périmètre adressé est restreint, contrôlé ou fermé (celui de l’entreprise seule ou d’un petit nombre d’entreprises en interaction, par exemple) mais les choses se compliquent de façon extraordinaire lorsque le périmètre s’ouvre, notamment à des acteurs dont les actions ou comportements sont, par nature, changeants et contextuels (consommateur, etc.). Des évolutions récentes, comme l'Internet des Objets, viennent accentuer ce constat.

Ces Systèmes d’Information existants, opérant de façon «déconnectée» et en parallèle de l’organisation réelle, deviennent par conséquent inadaptés pour modéliser ou surtout gérer la réalité de l'entreprise moderne. Au mieux, se réajustent-ils ponctuellement ou de façon cyclique, les exemples des inventaires dans les entrepôts ou des bilans comptables de fin d’année étant, à ce titre, significatifs.

En résumé, lorsque la complexité de l’organisation ou des processus augmente, l’efficacité du Système d’Information – tel que conçu actuellement - diminue en sens inverse. Dans ce contexte, les nouvelles technologies, telle la RFID, ne sont qu’un «catalyseur de chaos» (cf. expériences récentes en grande distribution).

Il devient donc nécessaire d’en repenser la conception sans pour autant remettre en cause l’existant. L'utilisation de B-ADSc pour la conception générale et détaillée des applications est une réponse pertinente et éprouvée (voir aussi illustration en matière de systèmes multi-agents). En l'occurrence, basée sur un langage naturel, mais formel, les spécifications deviennent compréhensibles des opérationnels qui peuvent les faire évoluer en fonction du retour d'expérience.

B-ADSc permet en outre d'établir une bijection permanente entre les spécifications et le code des applications, améliorant notablement le cycle de développement des applications.

Copyright b-adsc.com - 2009, tous droits réservés

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player